Les rendez-vous

Atelier Modèle Vivant·e

Mercredi 7 juin à 17h
Les Limbes

Viens poser, dessiner, mater 

Avec Lucie Camous et Hélène Fromen

Modèle vivant.e est transféministe. 
Modèle vivant.e ouvre un espace mixte, inclusif et pour l’autodétermination.
Modèle vivant.e démultiplie les possibles des corps vivants et de leurs images. La pose est performance et puissance. Le dessin est écriture personnelle libre. Tout est politique.
Modèle vivant.e provoque le trouble de la relation entre les personnes qui posent et celles qui dessinent.
Modèle vivant.e résiste aux normes, combine l’urgence à faire advenir avec l’organisation DIY. 
Modèle vivant.e porte un morceau de révolution dans le faire ensemble sans enjeux de rendement.
Modèle vivant.e est une machine punk à façonner des imaginaires. 
Modèle vivant.e est utopique et bien réel.

Collectif transféministe de dessin et de représentation dissidentes. Modèle vivant.e est fondé en 2019 par Linda DeMorrir (artiste multidisciplinaire, réfugiée politique en France) et Hélène Fromen (artiste et auteure) puis rejoint par Lucie Camous (commissaire d’exposition et artiste).   

Discussion : Les métiers du costume

Jeudi 8 juin à 17h
La Fabuleuse Cantine

Comme l’an dernier, nous avons à cœur de mettre à l’honneur un métier technique du cinéma. Cette année, nous avons choisi les métiers du costume, mains de l’ombre dans la création d’un film ou d’une pièce de théâtre. Celle-ci sera animée par Gaëlle Viémont. Les costumières présentes seront : Marion Clément, Annie Melza Tiburce et Juliette Rocher.

Biographie de Gaëlle Viémont

Costumière et docteure de l’Université de Strasbourg en études théâtrales (2018), Gaëlle Viémont est diplômée de l’ENSATT en Conception-costume (2010) et du DMA costumier-réalisateur de l’ESAA La Martinière-Diderot (2006). Tout en cherchant à articuler une pratique artistique avec une pratique scientifique, elle poursuit ses recherches sur les métiers du costume, leurs évolutions et leurs caractéristiques depuis le XVIIIe siècle afin de mettre en lumière un sujet d’étude encore méconnu et peu valorisé.  

La chambre de Sylvie, une pièce dansée

Jeudi 8 juin à 19h30
Galerie Ceysson et Bénétière

La chambre de Sylvie est une pièce dansée de Pauline Bayard, une chorégraphe stéphanoise. En résonance à Rouge [les quatre saisons], Les chambres rouges est une création qui fait surgir cinq solos, cinq pièces, cinq chambres de cinq femmes — de 25 à 83 ans. Chaque génération s’empare d’une saison à partir des Quatre Saisons (Vivaldi, Richter et une re-création électronique) et ouvre sa chambre. Pièce maîtresse du désir – espace protéiforme – la chambre est invoquée comme un lieu chargé de multiples pulsions de vie, un espace-temps où les Quatre Saisons peuvent se partager en écho à Rouge, de façon plus intime. Avec La chambre de Sylvie, solo crée en complicité avec Sylvie Deluz, elle traverse l’Hiver. 

La pièce dansée sera suivie d’une restauration payante, sur place, au Bistrot de la Galerie.

Pauline Bayard

Depuis la création de MINUIT en 2020, Pauline Bayard travaille au développement de ses trois premières pièces, Stabat mater, Rouge [les quatre saisons] & Les chambre rouges. Elle situe la danse à la croisée des formes artistiques. Ses projets chorégraphiques se nourrissent d’un vocabulaire emprunté au théâtre et à une esthétique cinématographique qui travaille sur les points de vue — des spectateur.ice.s comme des interprètes — pour croiser les imaginaires. Elle redouble les liens entre les différents champs en ouvrant des prolongements photographiques et filmiques à ses formes scéniques pour explorer et expérimenter de nouveaux modes de complémentarité.